Contenu du Livre Electronique "Unfinished book on the Energy of the Environment"

Dans ce livre électronique on met en l’accent sur la possibilité concrète que le genre humain aurait de réaliser le “rêve” de convertir en énergie utile les mouvements spontanés qui agitent perpétuellement tous les atomes et molécules de l’environnement terrestre.

Fig. 1 Mouvements chaotiques d’une minuscule particule de Pollen, reposant sur la surface de l’eau, qui les « Mouvements Browniens » déplacent d’un point A à un point B

Or, si ce rêve se réalisait, le monde tel que nous le connaissons s’avérerait radicalement transformé; il deviendrait meilleur sous presque tous les points de vue. Par exemple, on pourrait réduire considérablement les émissions de dioxyde de carbone, gaz soupçonné d’être à l’origine de ce qu’on appelle “Réchauffement Climatique”. 

Bien que ce livre n’ait pas été rédigé sous les formes et selon les modalités auxquelles les scientifiques sont habitués, ces considérations soulignent l’importance de discuter sérieusement de son contenu au niveau scientifique.

Cependant, il est très peu probable que cette discussion ait lieu à l’initiative spontanée d’un scientifique; il serait plus probable que cela se produise s’il y avait une quelconque intervention de la Société Civile, en raison du soi-disant « Processus de Évaluation par les Paires » - cliquer sur le bouton “Réchauffement Climatique” pour plus d’information sur cette suijet.

 

Le livre, en fait, est divisé en deux parties; une première partie (jusqu’à la fin du Chapitre 7) de vulgarisation qui peut donc être lue par n’importe qui, sans le filtre d’un Réviseur; la seconde partie contient les réflexions de l’auteur qui s’adressent, c’est vrai, à des scientifiques, mais qui ne sont que complémentaires à la partie de vulgarisation et ne sont pas non plus fondamentales par rapport à ce que l’auteur déclare dans la première partie.

Le point essentiel est le suivant: dans la première partie de l’ouvrage, l’auteur se limite à dénoncer des erreurs élémentaires de Logique commis par les Pères Fondateurs dans la théorie qui interdit la construction de la machine capable de réaliser le fameux “rêve”.

Ces erreurs de Logique sont contenues dans tous les mémoires des Pères Fondateurs élaborés dans la seconde moitié du XIXème siècle, elles sont nombreuses (croyez-le ou non) et facilement détectables par quiconque soit doté d’un raisonnement normal, sans que ce soit un Réviseur à décider si le livre peut être lu ou non.

En outre - très important - l’auteur montre que ces erreurs de Logique persistent également dans les Textes Universitaires modernes sur le sujet.

Il appartiendra donc aux lecteurs individuels de se prononcer de manière indépendante sur la plainte de l'auteur des erreurs susmentionnées.

La question que chaque lecteur devra se poser après avoir lu le livre est la suivante : si la théorie actuelle de la chaleur contient réellement ces nombreuses erreurs de Logique, comment peut-elle être fiable – comment peut-elle être considérée un motif pour refuser la publication d’études visant à profiter des mouvements perpétuels qui agitent chaque atome ou molécule se trouvant sur Terre?

Si cela s’est déjà produit dans le passé, une fois que la Communauté Scientifique aura accepté le caractère erroné de la théorie, on ne pourra plus grâce à elle nier que l’Énergie soit gratuitement disponible partout.

Afin de prouver l’existence des erreurs de Logique susmentionnées, l’auteur a été obligé de rapporter dans la première partie du livre les passages marquants des mémoires des Pères Fondateurs, ce qui peut paraître ennuyeux pour quelqu’un, mais d’autre part il n’existait pas d’autre façon de procéder.

Le lecteur générique ne devra pas se documenter pour mieux comprendre les aspects scientifiques de ces mémoires anciens, mais plutôt concentrer son attention uniquement sur ces arguments de Logique qui sont contenus dans les écrits scientifiques, lesquels (il est vrai) seraient hors de la portée du lecteur commun.

En substance, il n’est pas nécessaire que de tels aspects scientifiques soient pleinement compris pour détecter les erreurs de Logique qui invalident complètement les conclusions tirées par les Pères Fondateurs.

Dans la deuxième partie de l’ouvrage (Chapitres 8 et 9), consacrée essentiellement aux “spécialistes du secteur”, l’auteur explique les conséquences de l’échec du programme des Pères Fondateurs à l’égard des théorèmes fondamentaux pour le sujet en question. Les propositions avancées par l’auteur pour remédier ou corriger l’état de la théorie de la chaleur y sont également exposées.

Au Chapitre 8, il convient de noter en particulier l’expérience réalisée par l’auteur comme répétition et amélioration de celle attribuée à Philip Hardcastle. L’expérience réalisée par l’auteur confirme, elle aussi (tout comme celle de Hardcastle), l’erreur de l’axiome qui est à la base de la théorie en question.

Toujours au Chapitre 8 sont décrits, de manière assez détaillée, quatre dispositifs inventés par des scientifiques, capables d’exploiter les mouvements perpétuels qui agitent chaque atome ou molécule sur Terre.

Au Chapitre 10 sont énoncés les Théorèmes spéciaux développés par l’auteur en relation avec le cycle idéal de Carnot réalisé avec un gaz réel, ainsi que les théorèmes liés au cycle de Stirling, avec et sans récupérateur parfait de chaleur, et au cycle d’Ericsson, avec et sans récupérateur parfait de chaleur, réalisés, eux aussi, avec du gaz réel.

Les théorèmes liés à des combinaisons de cycles de Stirling et à des combinaisons de cycles d’Ericsson avec des gaz réels y sont également énoncés.

Au Chapitre 11 sont énoncés les programmes en langage GW-BASIC écrits par l’auteur pour calculer la performance des cycles thermodynamiques mentionnés ci-dessus.

Au Chapitre 12 sont énoncés divers sujets qui sont en quelque sorte liés aux sujets abordés dans le livre.

Il convient de noter, en particulier, dans le dernier Paragraphe, le certificat de brevet industriel n° 1206242 du 14 avril 1989, délivré à l’auteur par l’État italien.

La particularité de ce brevet ne réside pas dans le fait qu’il concerne un dispositif particulier capable d’exploiter les mouvements perpétuels qui agitent chaque atome ou molécule sur Terre, mais essentiellement dans le fait qu’il se réfère à une “méthode” pour atteindre cet objectif - une méthode qui devrait concerner de nombreux autres brevets relatifs à des dispositifs capables de convertir complètement la chaleur en travail mécanique utile.

L’importance particulière de ce certificat de brevet réside dans le fait que les droits d’exploitation reconnus à l’auteur par la Loi ont expiré depuis longtemps et que, de ce fait, quiconque pourrait construire gratuitement et vendre des dispositifs basés sur cette méthode.